La différence invisible – Mademoiselle Caroline, Julie Dachez

« Marguerite a 27 ans.
Elle aime les animaux, les journées ensoleillées, le chocolat, la cuisine végétarienne, son petit chien et le ronronnement de ses chats »

DIFFERENCE INVISIBLE (LA) - C1C4.inddMarguerite mène apparemment une vie ordinaire entre son travail et son conjoint. Pourtant, elle ressent un mal-être. A son travail elle évite les pauses-café et les déjeuners entre collègues, comme elle fuit les soirées chez les amis de son conjoint. Toute interaction lui demande un effort, alors la vie en société l’épuise. Elle n’est bien que chez elle, au calme avec ses animaux, et ne parvient à affronter le quotidien qu’en instaurant des routines immuables. Après bien des errances et des recherches le diagnostic sera finalement posé : Marguerite est autiste Asperger. Ce diagnostic sera pour elle une délivrance. En la déculpabilisant il lui ouvrira les portes d’une nouvelle vie.

La bd est le témoignage de Julie Dachez mis en image par Mademoiselle Caroline. A travers son histoire fictionnalisée, elle s’adresse à tous les Asperger qui s’ignorent et à leur entourage en les aidant à identifier les symptômes de cette forme d’autisme légère : difficultés dans les interactions sociales, imperméabilité à l’implicite, l’humour ou le second degré, aptitude à se passionner pour des sujets spécifiques (et à saouler son entourage), intolérance au bruit et à la lumière, maladresse, grande fatigabilité… On comprend à travers la bd, mais aussi grâce au petit dossier documentaire qui l’accompagne, que même les professionnels de santé peinent parfois à reconnaître le syndrome d’Asperger, parce qu’il est souvent associé à d’autres problématiques comme le trouble bipolaire, la dépression, les troubles des apprentissages… Les employeurs ou chargés des ressources humaines sont aussi visés par ce livre, car ils y trouveront des pistes pour bien intégrer un Asperger et lui donner de bonnes conditions de travail. Bref, c’est une bd très pédagogique qui s’adresse à tout le monde.

J’aime bien les dessins de Mademoiselle Caroline et le choix du noir et blanc avec des petits touches de rouge qui illustre une petite différence dans un océan de normalité. Mais en cela la bd triche un peu avec la réalité, car contrairement à Marguerite, Julie Dachez n’est pas une personne ordinaire. Elle est bien mieux que cela.

difference-invisible

Le personnage de Marguerite est très touchant et suscite l’empathie, mais peut-être pas autant que Julie Dachez elle-même, qui à travers ses vidéos change mieux que quiconque le regard que l’on porte sur l’autisme.

bienLa différence invisible / Mademoiselle Caroline & Julie Dachez, Delcourt / Mirages, 2016, 196 p.


Participation au challenge Lire sous la contrainte organisé par Philippe. Pour sa 31e session, il s’agissait de lire un livre dont le titre commence par un article défini (le, la, les, l’).

challenge-lire-sous-la-contrainteSession 31 – 2

Publicités

3 réflexions sur “La différence invisible – Mademoiselle Caroline, Julie Dachez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s