Les choses – Georges Perec (livre-audio)

lavomatic

les-choses-livre-luVersion audio du premier roman publié de Georges Perec.

mp3_player_blackJe ne suis pas une habituée du livre-audio, malgré déjà deux ou trois tentatives avec des livres lus par des bénévoles et disponibles gratuitement sur Internet. Dans ce « vrai » livre-audio j’ai apprécié une lecture plus professionnelle par un comédien (Raphaël Personnaz) et l’enrichissement du texte par un entretien (avec Benoît Peeters). Je l’ai « lu » une première fois en grande partie dans un lavomatic et « relu » plus au calme, dans l’obscurité, sous ma couette. J’ai beaucoup aimé cette expérience. Pourtant le début a été un peu rude. Quand on lit avec les yeux, on ne lit pas seulement un mot après l’autre, mais on a d’abord une vision d’ensemble du livre (ce qui nous manque sur les liseuses par rapport au livre-papier) et une vision d’ensemble de la page (ce qui m’a manqué dans le cas présent). Aussi quand un texte commence par une citation en exergue, on en identifie tout de suite la nature. Et si cette citation est en anglais, on la lit ou on la passe selon sa capacité ou incapacité à lire en anglais. Mais quand un livre-audio commence par un passage en anglais qui ne ressemble pas vraiment au roman attendu, on se demande si l’on ne s’est pas trompé, on vérifie son lecteur… Bref, la citation de Malcolm Lowry au début aurait pu être annoncée par une voix. Mais en fait c’est tout le texte écrit qui m’a manqué plus d’une fois, notamment quand j’ai voulu noter des passages. Je les ai notés approximativement, sans être sûre de respecter la ponctuation, ni de couper les phrases au bon endroit. Je me suis rendu compte à travers cette expérience que j’aurais du mal à renoncer à l’écrit et à la « vraie » lecture. Je vois plutôt le livre-audio comme un complément, un moyen de découvrir un texte qu’on lira ensuite vraiment ou au contraire un moyen de prolonger et renouveler le plaisir de lecture d’un texte que l’on connaît déjà. C’est ce plaisir de redécouverte des Choses que m’a apporté ce livre-audio. Je l’ai vraiment « lu » autrement. J’ai notamment redécouvert les énumérations à la Perec qui se prêtent bien à une lecture à voix haute. Raphaël Personnaz a pris le parti d’une lecture rapide, très agréable, alors que j’avais eu l’impression lors de mes premières expériences de livre-audio, que cela ralentissait mon rythme de lecture. Ici la vitesse de lecture du comédien renforce l’aspect litanique du style perecquien et la lecture à voix haute permet d’en savourer chaque mot. Je crois que cette expérience va me convertir au livre-audio particulièrement pour les textes authentiquement littéraires, où le plaisir esthétique est susceptible d’être décuplé par la lecture à voix haute.

PEREC

« Leur appartement serait rarement en ordre, mais son désordre-même serait son plus grand charme. Ils s’en occuperaient à peine. Ils y vivraient. Le confort ambiant leur semblerait un fait acquis, une donnée initiale, un état de leur nature. Leur vigilance serait ailleurs, dans le livre qu’ils ouvriraient, dans le texte qu’ils écriraient, dans le disque qu’ils écouteraient, dans leur dialogue chaque jour renouvelé. » (transcription à l’oreille)

Les Choses est le premier roman de Georges Perec publié en 1965. Il est sous-titré Une histoire des années 60. Pourtant ce qui est frappant pour un lecteur d’aujourd’hui, c’est à quel point il est contemporain. On le lit d’ailleurs avec en tête des problématiques d’aujourd’hui, car la crise a amplifié certains phénomènes. Les adolescences se prolongent de plus en plus, parce que l’accès à un premier emploi est de plus en plus difficile. La vie précaire est pour la jeunesse devenue la norme. Ce qui a le plus changé, je crois, est le rapport à la richesse. Les personnages du roman de Perec aiment l’argent et se rêvent riches. Aujourd’hui cela choque un peu, cela nous rend les personnages moins proches. Car aujourd’hui de plus en plus on se rêve décroissant, vivant dans un intérieur dépouillé, dans une sobriété plus ou moins heureuse car plus ou moins choisie. S’il est très agréable de faire résonner le texte de Perec avec nos problématiques actuelles, il est aussi important de pouvoir le resituer dans son époque. A ce titre l’entretien avec Benoît Peeters proposé en postface est vraiment très intéressant, car Benoît Peeters revient sur les influences littéraires de Perec comme sur les courants de pensée de son époque (l’entretien m’a même au passage donné très envie d’un roman de Balzac que je vais devoir me procurer).

Mais de quoi est-il question dans Les Choses ? D’un jeune couple, Jérôme et Sylvie, bobos avant l’heure, bobos des années soixante. Au début du roman, Jérôme a 24 ans et Sylvie 22. Ils sont tous les deux psychosociologues, ce qui consiste à conduire des enquêtes, interviewer des consommateurs pour des agences de pub. Ils ont progressé dans leur branche mais ne sont pas encore cadres. Ils manquent d’argent, rêvent de choses qu’ils ne peuvent s’offrir, mais au moins ils sont libres, ont beaucoup de temps libre. S’ils optent pour le statut de cadre, ils deviendront plus sédentaires, avec des horaires réguliers. Ils gagneront plus d’argent, mais perdront leur liberté. S’ils optent pour la liberté, ils devront probablement s’installer à la campagne ou partir à l’étranger, mais n’auront alors jamais toutes ces choses dont ils rêvent. Ils ne pourront en tous cas pas rester enquêteurs indéfiniment. Ils savent qu’il leur faudra choisir avant 30 ans ou les portes de la vie de cadre dans un milieu qui favorise la jeunesse se refermeront. Pendant six ans ils vont donc vivre dans ce dilemme. Ils vont vivre au conditionnel cette période de leur vie où tout est encore possible. Tant qu’ils n’auront pas choisi, ils n’auront pas non plus renoncé. Mais le temps va décider pour eux et la fin du livre s’écrira au futur, comme si rien de neuf ne pourrait plus jamais advenir. Ce sentiment d’inéluctable donne au roman une profonde mélancolie. On en ressort un peu triste, mais heureux que Perec ait pu donner à sa propre trajectoire le virage que son double Jérôme n’a pu donner à la sienne.

tresbienLes Choses. Une histoire des années soixante, Georges Perec, lu par Raphaël Personnaz, entretien avec Benoît Peeters, Audiolib, 2016, 3h32.


masse-critique-babelio

J’ai reçu ce livre-audio dans le cadre de Masse critique. Merci donc à Babelio et Audiolib.


Defi-Premier-roman-20164

Advertisements

2 réflexions sur “Les choses – Georges Perec (livre-audio)

  1. Oh je trouve ça fort intéressant ton billet !Je n’ai pas sauté le pas pour le livre audio – j’ai lu déjà plusieurs billets et souvent les lecteurs étaient déçus : la voix et le rythme trop lent (je lis vite) donc .. mais j’aime l’acteur Raphaël Personnaz et apparemment il su rendre la lecture « vivante ». Je comprends bien tes autres bémols – je suis très visuelle donc oui voir la structure du livre, repérer les citations, les italiques….
    Après, j’écoute parfois Guillaume Gallienne et quand il consacre ses émissions à des auteurs et relit des passages entiers, c’est très vivant.
    Je sais que les livres audio marchent bien pour ceux qui passent beaucoup de temps en voiture – ce n’est pas mon cas. Un très beau billet en tout cas !

    J'aime

  2. @Electra, d’abord merci de me lire, car je crois bien que tu es ma seule lectrice (pour le moment ! 🙂 ). Moi aussi je sais que je vais être difficile sur la qualité de lecture des livres-audio et pour ce 1er essai j’ai eu de la chance. J’aime bien également l’émission de Guillaume Gallienne et j’ai d’ailleurs repéré qu’il avait enregistré une 10zaine de livres-audio pour les éditions Thélème, dont un titre de Perec : « L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s