Espèce d’espace n°11

meuble

Deuxième déménagement de l’année ! Mon chat et moi avons emménagé dans un meublé, dans une ville inconnue où je dois suivre une formation. Mon petit espace ne fait que 18m² et pourtant je m’y sens bien. C’est une bonne nouvelle, car après ma formation je m’installerai à Paris où les logements dans mes prix sont minuscules. Je réapprends donc à habiter petit. Pour que cela se passe bien, la recette est simple : ne rien posséder (ou presque). Finie donc cette période d’achats compulsifs en librairie. Ma réserve de livres à lire est maintenant dans ma cabane. J’en ai mis quelques-uns dans ma valise et j’emprunterai les autres. Comme par hasard, j’ai déniché mon meublé tout près d’une très grande bibliothèque municipale.

J’ai choisi un quartier sans âme. Un quartier d’affaire, avec des immeubles de bureaux et des centres commerciaux. C’est un choix rationnel, celui d’un quartier fonctionnel, qui facilitera mes déplacements. Le genre de quartier où l’on se sent parfaitement anonyme. J’aime assez ça. Mon meublé se situe dans une grande résidence qui ne semble composée que de studios. C’est une ruche dont chaque alvéole abrite un étudiant. Mais ces vrais ou faux étudiants ne sont pas forcément seuls. En passant devant l’une des portes de mon étage, j’ai surpris une dispute conjugale. Une autre alvéole abrite de toute évidence un bébé. Dans la mienne, un chat s’est installé le plus discrètement du monde.

J’aurais tout aussi bien pu choisir un quartier bobo. Peu après mon arrivée, j’ai atterri dans l’un de ces quartiers, où depuis je ne cesse de revenir. Je cherchais une animalerie, histoire de rendre mon meublé confortable pour un pauvre chat entraîné malgré lui dans cette nouvelle vie. Il était 14h30 et l’animalerie ne rouvrait qu’à 15h. Comme je n’avais pas déjeuné, je suis entrée dans le premier bistrot qui m’a paru accueillant. J’ai demandé s’il était encore possible de manger quelque chose et on m’a annoncé quel était le plat du jour. Ni carte ni menu, mais un seul plat, à prendre ou à laisser. J’ai pris. Et l’espace d’un instant, j’ai cru être Nathalie Baye dans Une semaine de vacances. Depuis j’écume tous les bistrots de la ville à la recherche de Michel Galabru…

une-semaine-de-vacances

Publicités

Une réflexion sur “Espèce d’espace n°11

  1. oh très beau billet et très courageuse ! ça me rappelle des souvenirs – surtout quand je suis partie seule longtemps à l’étranger ! et oui le mieux : ne pas posséder pas grand chose. Très joli chat. Pour les livres, la bibli – la meilleure solution ! parce que se passer de fringues, ok mais de livres .. ah non !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s